Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

Google plusFacebookFacebook

 

 Zoom au survol de l'image

HURIEL
Ville du département de l'Allier

Code Postal : 03380 - Population : 2700 h. (environ)
Altitudes moyennes : 210 m. - 418 m.
Habitants : les Huriélois et les Huriéloises
Mairie : Téléphone04 70 28 60 08

 Zoom au survol des images 

     


Le village d'Huriel possède un riche patrimoine culturel et historique : le donjon de la Toque, l'église Notre-Dame, la rue des remparts, la place du monument aux morts. Les plus curieux prolongeront leur visite jusqu'à la prise d'eau SNCF : une installation permettait de pomper l'eau de la Magieure et de la refouler sur près d'un kilomètre pour alimenter le château d'eau de la gare. A voir, à l'extérieur du bourg, le pont médiéval de Courtioux, sur le ruisseau Bartillat...
Sur une surface de 3492 hectares pour environ 2700 habitants, Huriel n’est pas en reste pour proposer des activités et dynamiser ainsi le tourisme, avec aussi l’aide de ses associations. On trouve dans cette commune bourbonnaise : des équipements sportifs (salle des sports, stade, …), deux monuments classés Monuments Historiques (le Donjon de la Toque qui compte environ 1000 visiteurs par an, et l’église Notre Dame ouverte toute l’année), musée et randonnées (VTT, ânes, pédestre, Maîtres Sonneurs).
La commune dispose également d’un hôtel, d’un gîte, de chambres d’hôtes et d’un camping (Moulin de Lyon) d’une capacité d’accueil de 75 emplacements. Parmi la cinquantaine d’artisans et commerçants d’Huriel, on trouve :

- La céramiste.
- L’artiste peintre.
- La marionnettiste.

HISTOIRE

Un seigneur d’Huriel fit bâtir une place forte au début du XIIème siècle sur le site d’une motte féodale. Huriel se trouvait alors aux limites du domaine royal français et de la Marche qui appartenait à l’Angleterre. Ebbes de Déols, époux de la fille de Humbaud III, le dernier membre de la maison d’Huriel, acheva l’édification de la tour.
En 1256, Roger de Brosse épousa Marguerite de Déols, la dernière fille d’Ebbes. Ce mariage apporta aux Brosse les terres d’Huriel, de Boussac et de Sainte Sévère.

Le château d’Huriel demeura la propriété de la famille de Brosse jusqu’en 1503. Cette année-là, René, arrière petit-fils du Maréchal de Boussac, vendit la seigneurie d’Huriel à Jeanne de Daillon pour dix mille écus d’Or. Les descendants de Jean de Brosse n’accordèrent que peu d’intérêt à Huriel. Pourtant, René, utilisant la procédure du réméré, reprit Huriel en 1509 avant de s’en séparer définitivement. Il vendit la seigneurie le 15 mars 1514 à Jacques Hurault, comte de Cheverny, ambassadeur de France, conseiller de Louis XII et surintendant des finances.

PATRIMOINE HISTORIQUE

La commune conserve aujourd’hui deux vestiges de son histoire : un donjon seigneurial et une église, jadis siège d’un prieuré bénédictin. Ces édifices remarquables, tous deux du XIIème siècle, sont classés l’un et l’autre Monuments Historiques.


Le Donjon de la Toque
(classé Monument Historique en 1885).).
Plus connu sous le nom populaire de la Toque, ceci en raison de son ancienne toiture en forme de toque pointue, le donjon d’Huriel est un des rares donjons quadrangulaires français du début du XIIème siècle encore visibles aujourd’hui, au même titre que les donjons de Montrichard, Beaugency, ou bien encore Loches.
Le donjon d’Huriel était primitivement un édifice de défense lorsque le seigneur d’Huriel ordonna sa construction au XIIème siècle. Plusieurs campagnes d’édification ont été nécessaires pour ce château. Cette bâtisse, qui culminait à 33 mètres lorsqu’elle était encore coiffée de son toit à quatre pans (1903), est un rectangle de 10 mètres sur 12 environ. La terrasse actuelle offre une vue panoramique allant des Combrailles à la région montluçonnaise.
Le visage que revêt aujourd’hui le donjon résulte de diverses restaurations, en particulier celle de 1900. En accédant aux étages par l’escalier en vis de 1903, on découvre de grandes salles, rendues habitables au XVIème siècle par le percement de fenêtres à meneaux ainsi que la construction de cheminées. Les baies en plein cintre et en arc brisé, quant à elles, témoignent d’un passé plus rude, puisque ces ouvertures permettaient aux soldats d’accéder à une galerie de bois d’où s’effectuait la défense. Ce système défensif appelé hourd présentait des meurtrières percées dans les parois de bois, par lesquelles les soldats tiraient pour attaquer l’ennemi. Au fur et à mesure des années, et des changements de propriétaires, l’enceinte et les dépendances du Château seront laissées à l’abandon, se ruinant peu à peu. A partir de 1779, jusqu’en 1845, les fossés furent comblés, en raison des fièvres mortelles qu’ils entraînèrent. La commune acheta ce qui restait de l’ensemble en 1879. En 1903, les travaux de restauration virent disparaître le toit à quatre pans (son entretien étant de loin trop conséquent), remplacé par une terrasse, et la construction d’une tourelle d’escalier au nord pour permettre un meilleur accès aux salles.

La Tour Tronquée

L’une des deux tourelles rondes est ouverte au public depuis l’été 2009. Cette tour autrefois tronquée et à moitié détruite, a été restaurée récemment. Elle a fait peau neuve depuis 2008, année à laquelle ont eu lieu les travaux de sa restauration.

L’église Notre Dame (classée Monument Historique en 1862).

Ancienne église prieurale et paroissiale dépendant autrefois de l’abbaye de Déols, près de Châteauroux, Notre-Dame d’Huriel est un magnifique édifice roman, datant du début du XIIème siècle. Outre ces caractères très marqués, l’église Notre-Dame se distingue également à travers d’autres éléments architecturaux très originaux : en premier lieu, avec la coupole à huit pans montée sur pendentifs et trompes surplombant la croisée du transept, et aussi, avec son porche à arcature triple (schéma assez rare dans l’Allier, seulement trois édifices en relevant, notamment Châtel-Montagne) surmonté à l’intérieur par une tribune desservie par un double escalier.

L’originalité de Notre-Dame ressort également à travers sa sculpture et son mobilier : le décor sculpté extérieur est très riche, avec un cordon de billettes qui cerne l’édifice quasiment en son entier, et au niveau des modillons et des chapiteaux des colonnettes qui flanquent les fenêtres, des éléments abstraits (entrelacs, feuillages, copeaux, …) mais aussi figuratifs (têtes animales et humaines, petits personnages aux postures parfois comiques). Les chapiteaux de la croisée, s’ils relèvent d’une facture assez fruste due à la dureté du granit employé, n’en sont pas moins intéressants, avec en particulier un homme ascensionnel jumeau de celui de Châtel-Montagne.

LE MUSÉE

Le Donjon de la Toque accueille trois salles retraçant l’histoire de la ville et de ses seigneurs, ainsi que l’histoire de la tradition viticole d’Huriel, histoire et traditions qui trouvent leurs racines au Moyen-âge, et qui se prolongent jusqu’à aujourd’hui.
La Cave du Donjon abrite une reconstitution de la cave du vigneron hurièlois, celui-ci vous entraîne, à travers une conversation enregistrée avec son petit-fils, tout le long des mois de l’année, de la taille au cuvage, en passant par la grande fête que sont encore les vendanges.
Dans la seconde salle, le visiteur aborde l’histoire du vignoble hurièlois, avec de nombreux documents et photographies, ainsi que la reconstitution d’un atelier de tonnelier, un des nombreux métiers annexes qui accompagnaient le vigneron dans son travail.
Depuis juillet 2002, le musée abrite une troisième salle, dédiée à l’histoire médiévale de la ville. La maquette de la ville permet de comprendre comment le bourg s’est développé autour de la chapelle des seigneurs et comment les habitants se sont rassemblés au pied du donjon. Le tracé actuel de nombreux villages résulte bien souvent de cette topographie médiévale. Le visiteur peut ainsi découvrir la vie des seigneurs d’Huriel, les Humbaud et les De Brosse, à travers leurs hauts faits, mais aussi leurs sceaux et monnaies, et les vestiges de leur tombeau...

CULTURE

Maison des sciences
La maison des sciences d'Huriel est un lieu dans lequel on peut venir réaliser des expériences et découvrir des phénomènes dans les mathématiques, l'électricité, la mécanique, l'optique, l'acoustique, l'informatique… Parmi les expériences, on peut créer des étincelles avec une lime, des images de synthèse, des ombres chinoises, réaliser un aimant avec de l'électricité.

LES VIGNOBLES

Au siècle dernier, un grand vignoble constituait la principale richesse de la commune d’Huriel et la quasi-totalité de la population vivait de la vigne, qui couvrait alors 1 200 hectares. En 1886, le phylloxéra a ravagé la vigne et aujourd’hui, seuls quelques hectares subsistent. Depuis la disparition de la vigne, la population d’Huriel est devenue essentiellement ouvrière et agricole.

PERSONNALITÉS LIÉES A LA COMMUNE

• La famille de Brosse dont Jean Ier de Brosse, maréchal de France et compagnon de Jeanne d'Arc.
• Philippe Fargin-Fayolle (1814-1879), instigateur de l'insurrection républicaine de la Brande des Mottes en 1849, conseiller général en 1871. Frère du député Sébastien Fargin-Fayolle.
• Jean Larmanjat, ingénieur en mécanique et inventeur du monorail Larmanjat, né en 1826 à Huriel.
• Jean Quinault est un des martyrs de Vingré, fusillé le 4 décembre 1914 à Vingré ; son nom est inscrit sur le monument aux morts d'Huriel. Sa tombe à Vallon-en-Sully dans l'Allier porte l'inscription Martyr de Vingré. Il a été réhabilité en 1921.

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville d'Huriel


• La ville de Montluçon (à 10km.)

           10.11.2017

 

___

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...