Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

FacebookFacebook

 

Zoom au survol de l'image

LES VIGNOBLES DE SAINT-POURÇAIN
Département de l'Allier

Saint-Pourçain sur Sioule (Allier)
 

Contacts


 

Zoom au survol des images

   

On estime l'existence de ce vignoble bien antérieure à la présence de César en Gaule...


 

 

Le vignoble de Saint-Pourçain est l'un des plus anciens de France. Dès le Moyen-âge, les vins de Saint-Pourçain étaient servis à la table des nobles. Saint Louis en fit servir au cours des fêtes organisées pour l'adoubement de son frère. Les Papes en Avignon consommaient également ce vin. Au XVème siècle, les vins de Saint-Pourçain bénéficiaient déjà d'une grande notoriété et son vignoble occupait alors plus de huit mille hectares. Le vin était transporté, en 1893, de Cotigny (port important sur la rivière Allier) vers Paris et tout le centre de la France. En 1892, le phylloxéra s'abattit sur le vignoble et aujourd'hui, malgré sa reconstruction, il n'est plus que de 600 hectares...

PÉRIODE MODERNE

Le géographe du roi Charles IX, Nicolas de Nicolay fait l'éloge de ce vin dans son ouvrage Description générale du Bourbonnais en 1569 ou Histoire de cette province en citant notamment les coteaux de la Chaise (commune de Monétay-sur-Allier) comme la terre où sont produits les meilleurs vins blancs de la région. Il parle du grand vignoble saint-pourcinois, mais aussi des vins de Verneuil, de Louchy et de La Chaise ce qui tendrait à prouver qu'il existait à cette époque des vignobles distincts. Cela est confirmé dans l'ouvrage La France pittoresque de 1835 d'Abel Hugo lorsqu'il mentionne, et cette fois-ci au XIXème siècle, les vins de Chantelle, d'Hérisson, de Souvigny et de Segange près de Moulins. On réalise alors à quel point la culture de la vigne était étendue dans le département. La présence de l'Allier facilite grandement le développement du vignoble permettant à la production d'être acheminée et vendue en grande quantité à Paris. Au XVIIIème siècle les départs de bateaux des ports de la Chaise de Monétay-sur-Allier, Châtel-de-Neuvre et Moulins vers la capitale sont quotidiens.

La construction du canal de Briare a rendu plus rapide le trajet. Le vignoble atteint à la fin de ce siècle plus de 8 000 hectares. Mais c'est aussi à cette époque que les meilleurs crus du vignoble saint-pourcinois vont être concurrencés par ceux de Bourgogne (même si François Ier et Louis XIV en leur temps appréciaient déjà beaucoup les bons vins de Beaune).

On reproche alors aux vins rouges ordinaires d'être teints (la fleur de sureau était utilisée à cet effet par certains vignerons), de manquer de consistance et de corps et d'être trop chers. Parfois on soupçonne même des additions d'eau (les bateliers durant le transport remplaçant ainsi discrètement ce qu'ils avaient illégalement consommé, Pierre Mondanel in L'ancienne batellerie de l'Allier et de la Dore, 2001).

PÉRIODE CONTEMPORAINE

En 1852, le canton de Saint-Pourçain possédait un vignoble de 1 152 hectares. Mais la vigne s'étendait bien au-delà de ce canton, jusqu'à Moulins et Souvigny au nord, Chantelle et Hérisson à l'ouest, culture dans ces cantons aujourd'hui disparue depuis la crise du phylloxera. Dans la seconde partie du XIXème siècle et jusqu'au début du XXème siècle, le vin de Saint-Pourçain va connaître des moments difficiles en raison de la concurrence des autres vignobles de Bourgogne et de Bordeaux avec l'arrivée du chemin de fer. Dorénavant ces vins sont vendus eux aussi dans la capitale. Arrive ensuite la crise du phylloxera. Le domaine viticole diminue. Les vignerons diversifient leur production et parfois leurs activités pour maintenir leur niveau de vie. Rares sont ceux qui vont pouvoir continuer exclusivement à produire seulement du vin. Les parcelles victimes du phylloxera souvent ne sont pas replantées.

La production chute. Les riches familles viticoles voient leur capital décliner rapidement et celles qui dominaient parfois des villages entiers ne s'en remettront pas. On peut encore prendre conscience de cette richesse en observant l'habitat viticole très présent dans les villages de la région et notamment la traditionnelle maison de vigneron dont la taille, l'utilisation des matériaux (pierre de taille et briques polychromes en frise), la toiture à quatre pans et la cave, sont autant de signes de la richesse de l'activité depuis la fin du XVIIIème siècle jusqu'au milieu du XIXème siècle.

Depuis son classement AOVDQS par le décret du 20 décembre 1951 (modifié par celui du 23 mai 2000), des efforts ont été menés par les viticulteurs pour améliorer l'encépagement et moderniser les méthodes de culture et de vinification.
Aujourd'hui le vignoble de Saint-Pourçain s'étend sur 640 hectares et 19 communes et sa production est classée en appellation d'origine contrôlée AOC depuis le 28 mai 2009. Le comité National Vin de l'INAO a validé le cahier des charges, et par conséquent a attribué l'AOC au saint-pourçain.

Zoom au survol des images

Un exploitant viticole nous explique la procédure de vinification du cep à la table...


Cuve de macération

Lorsque le raisin arrive à la cave commence alors une très longue procédure de conversion, d'attentions, de surveillance et de manipulations : le raisin est stocké dans des cuves pour y subir un long et délicat traitement. La récolte est soumise à un contrôle périodique de surveillance de la température afin d'éviter une fermentation trop rapide qui compromettrait la qualité finale du vin. Dès que les thermomètres indiquent une température excessive, des refroidisseurs sont alors immergés dans les cuves.(la température de transformation étant de 16°). Tout en expliquant le processus de vinification, l'exploitant procède à la récupération du jus de raisin qui se trouve au fond des cuves et le réinjecte à nouveau par dessus les grappes et les feuilles qui n'ont pas encore rendu leur élixir. C'est la principe de la macération...

Après de longues semaines de cette minutieuse manipulation, lorsque le raisin sera enfin devenu du vin, il fera appel à un professionnel de la mise en bouteille à laquelle fera suite la procédure d'habillage (étiquetage) dont il se chargera lui-même dans son exploitation.

Dernière étape : la commercialisation. L'exploitant devra se transformer alors en commercial pour faire connaître et vendre le produit du travail de toute une année. S'il n'adhère à aucune coopérative de vignerons, il devra utiliser différents canaux de distribution : la grande distribution, les restaurants régionaux et surtout parisiens (où réside aujourd'hui une forte communauté d'auvergnats) et enfin l'exportation (États-Unis principalement).

A SAVOIR

Catégories des vins de Saint-Pourçain

• Vins blancs (sec et fruités) : produits phare de l'appellation "Saint-Pourçain". Cépages : variété locale cultivée uniquement à Saint-Pourçain.
• Vins gris et rosés (légers et fruités) : Gamay noir à jus blanc.
• Vins rouges (fruités) : cépages Gamay à jus blanc et Pinot Noir

LE VIGNOBLE

• 19 communes de l'Allier dans la circonscription de Saint Pourçain.
• Altitude : de 250 à 400m. - Orientation sud-est
• Superficie : 600 ha. (classé AOVDQS)

Quelques chiffres...

Production annuelle : blancs (7 400 hl), rosés (5 000 hl), rouges (18 700 hl).
17 caves particulières
1 cave coopérative : "l'Union des Vignerons" (90 vignerons adhérents) qui produit près des deux tiers des vins de Saint-Pourçain)

DU CEP A LA TABLE

Les manifestations

• Foire des vins : dernier week-end du mois de février
• Fête des vins : dernier week-end du mois d'août
• Ban des vendanges : un dimanche du mois de septembre (date variable)
• Lancement de la ficelle : le premier samedi du mois de décembre

A VISITER

• Les vignerons de Saint-Pourçain : visite de la coopérative, tous les jours de mai à septembre et du lundi au samedi d'octobre à avril. Sur réservation pour les groupes (visites organisées)
• Musée de la vigne : 1, Cours Bénédictins - Tél. 04 70 45 62 07
• Le Cellier (expo vente) : 69, Boulevard Ledru Rolin - Tél. 04 70 45 43 48
• Le Conservatoire de Chareil-Cintrat : Présentation des anciennes méthodes de culture et des anciens cépages. Tél. 04 70 56 92 18

CONTACTS

Syndicat des Viticulteurs du Saint-Pourçain
Quai de la Ronde - 03500 - Saint-Pourçain sur Sioule
Tél. 04 70 45 61 72

Fédération des Caves Particulières de l'Allier
03500 - Saint-Pourçain sur Sioule

CONFRÉRIES
L'Ordre des Fins Palais de Saint Pourçain en Bourbonnais
Route de Montluçon - Les Champions, 03500 - Saint-Pourçain sur Sioule
Grand maître : Tél. 04 70 45 27 78

Les Compagnons de la Ficelle
Union des Vignerons - 03500 - Saint-Pourçain sur Sioule
Contact : Tél. 04 70 56 92 18

 

■ Voir aussi...


• La ville de Saint-Pourçain sur Sioule
• Le Musée de la vigne et du terroir à Saint-Pourçain sur Sioule
• Le Château de Thoury à Saint-Pourçain sur Besbre
• Les vignobles d'Auvergne

           26.07.2021

 

Pour votre séjour dans le département de l'Allier, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...