Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

Google plusFacebookFacebook

 

▼ Zoom au survol de l'image ▼
 

SAUXILLANGES
Ville du département du Puy-de-Dôme

Code Postal : 63400 - Population : 1230 h. (environ)
Altitudes moyennes : ▼ 418 m. - ▲ 667 m.
Habitants : les Sauxillangeois et les Sauxillangeoises
Mairie : 04 73 79 50 12

 

▼ Zoom au survol des images ▼

   

LA VILLE

■ Située à l’abri des contreforts granitiques des Monts du Livradois, dans une vallée argileuse, issue du retrait des eaux qui noyaient l’Auvergne avant l’arrivée de l’homme, Sauxillanges garde les traces des nombreux étangs qui la jalonnaient. Elle est dominée par la butte d’Usson, l’une des quatre clefs d’Auvergne (appelées aussi les quatre portes) avec Vodable, Ybois et Nonette.
C’est sur les rives de l’Eau-Mère que les Gaulois bâtirent, autour de la villa gallo-romaine de leur chef Celsus, le petit bourg qui deviendra la "vialle" de Sauxillanges. Avant le Xème siècle, Sauxillanges possédait une église dédiée à Saint-Pierre, siège d’un des 7 archiprêtres du diocèse de Clermont. L’abbaye de Sauxillanges fut fondée par deux donations successives : en 917 par le duc Guillaume d’Aquitaine qui en 910 avait fondé une chapelle reliquaire dédiée à Saint-Jean, puis le 11 octobre 927 par son neveu le duc Acfred.
Les moines s’y installèrent vraisemblablement à partir de 944. Elle dépend de l’abbaye bénédictine de Cluny (créée en 909). Douze moines venus de Cluny s’attachèrent à développer l’influence du monastère, justifiant ainsi son titre de "Fille aînée de Cluny". Au cours des siècles, un imposant monastère prit corps, des fortifications furent élevées pour protéger la ville contre les pillards. Ce monastère qui compta jusqu’à 45 moines à la Révolution, fut détruit ou transformé à la Révolution et l’église monastique fut rasée.
Après la Révolution et la vente des biens du clergé (jusqu’en 1793), la vie économique ne cessa de prospérer jusqu’à la fin du XVIIIème : plus de 20 moulins le long des ruisseaux canalisés par le bief qui traverse Sauxillanges; nombreux artisans. Dix contreforts massifs (dont 2 reconstruits plus récemment) étayent la façade de vastes bâtiments qui servaient de dépendances au prieuré : cuvage, greniers à blé, étables mais aussi pièces d’habitation (XVème siècle) où pouvaient loger les domestiques.
L’entrée principale du bourg est dominée par le château fin du XVIIème. Le château prieural fut édifié ultérieurement. Il était protégé par un fossé et des murs d’enceinte dont il reste quelques éléments dont un mâchicoulis du XVème.

L'EAU A SAUXILLANGES

▼ Zoom au survol des images ▼

Un bief, créé par les moines, pour alimenter les moulins à farine prenait l’eau de l’Eau Mère qui n’avait jamais si bien porté son nom. Cinq moulins sont signalés dans la charte de 927, dix en 1774, dont un « martinet », moulin à pilon servant à forger le métal. Au cours du temps plusieurs lavoirs jalonnaient ce bief et de nombreux artisans ont utilisé la force de l’eau pour leurs activités : tanneurs, potiers, menuisiers, matelassiers. tanneurs, cardeurs, , tisserands, potiers, charrons, fondeurs de cloches, joailliers.
Il a servi par la suite à de nombreux artisans qui avaient besoin d’eau. : La ville était réputée pour ses étamines et ses camelots(tissu confectionnés à partir de laine et de poils de chèvre mêlés qui se vendaient en Allemagne, Espagne et jusqu’en inde. Sauxillanges surpassait l’activité économique d’Issoire, mais en 1772, l’ouverture de la route Clermont Issoire et l’arrivée du chemin de fer mit fin à cet essor. Tout un quartier artisan se développa ainsi faisant la richesse du bourg au XVIIIème siècle (Quartier du Breuil, Moulin des Pères, Quai des Coufferts, rue d’Aucène)

Quartier Renaissance. Sur la place du Marchédial, se tenait le marché au blé, hebdomadaire. Au temps des moines, un four, bâti sur celle-ci, permettait aux habitants de cuire leur pain. En 1884, une halle fut construite. Elle fut détruite au milieu du XXème siècle. On peut remarquer des maisons restaurées, caractéristiques de la transition Gothique / Renaissance....

PATRIMOINE CULTUREL

La Maison du Patrimoine

Elle présente une architecture intérieure élégante dotée d’une série de clefs de voûte remarquables datant du XVème, elles sont ornées des armoiries de France, de Cluny et de deux prieurs. Ancienne chapelle du prieur, cette élégante construction gothique est devenue musée et salle d’exposition grâce à l’association Pierre le Vénérable. Le bâtiment qui la jouxte à droite abritait, au rez-de-chaussée (mur du XIIème en arkose rose), la salle capitulaire et le scriptorium. L’étage était occupé par le dortoir des moines et un chauffoir (cette pièce possédant une cheminée) ainsi que les latrines.
Au centre, cloître
La cour centrale est bordée de 3 galeries qui permettaient aux moines de circuler d’un espace à l’autre en restant à l’abri. La plus ancienne galerie date du début du XIVème siècle et les galeries sud et ouest sont datées de 1703. Le cloitre, aujourd’hui résidence privée date des XIVème et XVIIIème siècles. Il était le cœur de la vie communautaire, celui vers qui tout convergeait ; salle capitulaire, bibliothèque, réfectoire, dortoir. Le dortoir, le réfectoire et quelques vestiges de l’ancienne église priorale (détruite après la révolution) remontent au XIIème siècle.

PATRIMOINE CIVIL

La Maison du Bailli

Dès 1650 et durant 3 siècles cette maison est occupée par des notaires, héritiers de riches artisans qui l’habitent depuis la fin du XVème. Ces notaires remplissaient en plus de leur charge, la fonction de Bailli (équivalentes à celles du maire et de Magistrat.)

PATRIMOINE RELIGIEUX

L'abbaye de Sauxillanges a été fondée par deux donations successives : en 917 par le duc Guillaume d'Aquitaine, puis le 11 octobre 927 par son neveu le duc Acfred. Les moines s'y installent vraisemblablement à partir de 944. Elle dépend de l'abbaye bénédictine de Cluny (créée en 909). Son premier abbé fut un certain Odo ou Odon. Elle accueille plus de quatre-vingts moines dès la fin du Xème siècle.

En 1062, plusieurs abbayes dont Sauxillanges furent transformées en prieurés par Hugues de Semur, sixième abbé de Cluny. Pierre le Vénérable, né à Montboissier en 1094, y fit ses études avant de revêtir l'habit religieux en 1109, et de devenir prieur claustral de Vézelay puis prieur de Domène en Isère et ensuite abbé de Cluny qu'il dirigea jusqu'à sa mort en 1156. L'abbaye de Sauxillanges a été l'un des cinq grands prieurés de l'Ordre de Cluny avec Souvigny, La Charité-sur-Loire, Saint-Martin-des-Champs à Paris et Lewes en Angleterre.

- Eglise Saint Jean-Baptiste : Plus à l’est, à quatre mètres sous le niveau de la place actuelle, les vestiges d’un tympan et des colonnes jumelées surmontées de chapiteaux décorés attestent la présence de l’ancienne chapelle Saint-Jean-Baptiste. Edifiée à la demande de Guillaume le Pieux, duc d’aquitaine vers le milieu du Xème siècle, peut être en partie en bois, s’agissait-il d’une chapelle occupée à l’origine par les douze moines venus de Cluny... Depuis la place de la promenade, on peut voir les restes des anciennes fortifications du monastère datant du XVème siècle.

JUMELAGE

La commune est jumelée avec Fosdinovo (Italie) depuis 2003.

AUTRES LIEUX & MONUMENTS

- Chapelle Notre-Dame-du-Bois (XIème, XVème et XVIème siècles, propriété privée). Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 22 octobre 1971.
- Vestiges de l'ancienne église Saint-Jean-Baptiste (Xème, XIIème, XVème et XVIIIème siècles, propriété privée). Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 13 septembre 1984.
Vestiges de l'ancien monastère (XIIème, XVème et XVIIème siècles, propriété privée). Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 9 octobre 1969. Aujourd'hui, il reste plusieurs bâtiments et des vestiges :
- la chapelle gothique (les murs gouttereaux et le chevet remontent au XIIème siècle),
- la chapelle Notre-Dame du Bois, qui est en cours de restauration, avec cinq clefs de voûte superbes qui sont attribuées respectivement aux Bourbons (armes de France : d'azur à trois fleurs de lys), à Jacques d'Amboise (palé d'or et de gueules), à Johannes des Laurents prieur au moment de la construction de la chapelle (étoile à six branches sous un lambel à trois pendants en chef), à Carolus de Bourbon soixante-treizième prieur (d'azur à trois fleurs de lys d'or au bâton de gueules) et à Cluny (un glaive et deux clefs croisées) ;
le dortoir, le réfectoire et quelques vestiges de l'ancienne église priorale (détruite après la Révolution) remontent au XIIème siècle. La galerie est date du début du XIVème siècle et les galeries sud et ouest sont datées de 1703 ; plus à l'est, à quatre mètres sous le niveau de la place actuelle, les vestiges d'un tympan et des colonnes jumelées surmontées de chapiteaux décorés attestent la présence de l'ancienne chapelle Saint-Jean-Baptiste ; quelques vestiges se trouvent englobés dans des habitations particulières, des immeubles, des caves ou des jardins ; depuis la place de la promenade, on peut voir les restes des anciennes fortifications du monastère datant du XVème siècle.
Façade sur rue et toiture (XVIème siècle). Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 28 décembre 1984.
Vestiges d'une ancienne enceinte, façade sur rue et toiture. Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 14 mai 1973.

La commune de Sauxillanges est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

 

■ Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de Sauxillanges


• La Maison du Patrimoine --►

           07.09.2017

 

___