Hébergements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
 • Aires camping-cars

Tourisme

 • Curiosités
 • Espaces
 • Faune
 • Flore
 • Galerie photos
 • Maisons du Parc
 • Milieux naturels
 • Parcs Animaliers
 • Passion pêche
 • Patrimoine
 • Randos pédestres
 • Randos VTT
 • Route des lacs
 • Ski nordique
 • Sports & Loisirs
 • Sports aériens
 • Sports de rivière
 • Thermes
 • Tourisme de santé
 • Villes et villages
 • Villes d'eaux
 • Volcanisme

Patrimoine

 • Art Roman
 • Circuits découvertes
 • Contes et légendes
 • Dates - Personnalités
 • Édifices religieux
 • Musées
 • Route des châteaux
 • Route des moulins

Terroir

 • Produits locaux
 • Recettes
 • Route des métiers
 • Route du miel

Départements

 • Allier
 • Cantal
 • Haute-Loire
 • Puy-de-Dôme
Dossiers
 • Éditoriaux
 • Les dossiers
 • Les Saint Patrons

Organismes

 • Offices de tourisme

Réseaux sociaux

Google plusFacebookFacebook

 

 Zoom au survol de l'image
 

LA CHAULME
Ville du département du Puy-de-Dôme

Code Postal : 63660 - Population : 150 h. (environ)
Altitudes moyennes : 984 m. - 1280 m.
Habitants : les Chaulmois et les Chaulmoises
Mairie 04 73 95 41 98

 

Zoom au survol des images

 

LA VILLE

Fief et château dépendant de la terre de la Roue avant 1789 et Prieuré relevant de l'abbaye de la Chaise-Dieu. La Chaulme est la dernière commune du Puy-de-Dôme avant le département de la Loire... Ses habitants, sur les hauteurs du Forez, figurent parmi les puydômois les plus éloignés de Clermont-Ferrand, et les plus proches de l'agglomération stéphanoise. Au fond du canton de Saint-Anthème, sur les plateaux du Forez, La Chaulme est le dernier bourg du département du Puy-de-Dôme, avant la Loire. A l'image de leur premier magistrat, les habitants de la commune ont tous, plus ou moins, un pied dans le département du Puy-de-Dôme et l'autre dans le département de la Loire. A la sortie du collège, la plupart des jeunes partent faire leurs études dans l'agglomération stéphanoise ou lyonnaise. Beaucoup s'y établissent ensuite. Longtemps facilitée par la proximité du chemin de fer (Estivareilles), à une dizaine de kilomètres, cette attractivité de l'autre versant du Forez vaut également pour les commerces et les services (de santé notamment. Même la presse quotidienne locale est rhônalpine, avec La Tribune-Le Progrès. Il n'est pas étonnant, de ce fait, que certains habitants de La Chaulme, ne soient jamais allés à Clermont-Ferrand.

En sens inverse, la quiétude de cette commune perchée à quelques 1160 mètres d'altitude, la beauté de ses paysages boisés et le charme de ses villages de granite attirent depuis longtemps des stéphanois et des lyonnais en mal d'air pur et d'authenticité. Sans compter les enfants du pays qui ont gardé un pied-à-terre. C'est ainsi que la commune recense environ 165 électeurs pour 135 habitants, compte deux fois plus de résidences secondaires que de résidences principales et voit sa population multipliée par quatre en été.

Un cohabitation tranquille mais pas toujours facile à gérer pour la collectivité. D'autant que la position "frontalière" de la commune ajoute parfois à la complexité administrative. Par exemple, la communauté de communes de la Vallée de l'Ance a fait le choix d'appartenir au Pays du Forez plutôt qu'au Pays d'Ambert. C'est logique d'un point de vue territorial, mais cela suppose sur le plan administratif que ses projets soient validés par la région Rhône-Alpes, tout en étant financés par la région Auvergne.

Bien que tiraillés entre deux régions et deux , voire trois départements (la Haute-Loire étant très proche) les habitants de La Chaulme apprécient d'être considérés comme des puydômois à part entière...

PATRIMOINE RELIGIEUX

• Église prieurale du XIème siècle, fortifiée au XVème siècle (nef romane)
• Chapelle rustique (pèlerinage)
• Chapelle de Ferréol.

RESSOURCES

• Pâturages, bovins,

VIE LOCALE

• Fête patronale (le 24 juin ou le dimanche suivant)

LÉGENDE

La légende du creux de l'Oulette

A proximité de La Chaulme, il y avait un moulin à grain, le moulin des Plats entouré de grandes prairies ou le printemps venu des tapis de jonquilles illuminaient le paysage. Ce petit moulin accroché à la limite du plateau surplombait un ravin envahi de broussailles aux milieux desquelles survivaient tant bien que mal quelques maigres pins et quelques faillard noueux. Devant le moulin miroitait une retenue d'eau, la 'levée ', dont le trop plein servait à actionner la grande roue à aubes qui entraîne les meules pour écraser le grain. Cette eau s'échappait vers le ravin en bondissant d'une roche à l'autre jusqu'à un immense 'gour' dont on disait que jadis , un attelage entier de bœufs y avait disparu. Ce 'gour' se nomme le creux de l'Oulette. On peut voir encore aujourd'hui sur les roches environnantes des marques qui font penser a des empreintes de pieds de géants. Le bruit d'enfer des chutes et les éclaboussures d'eau dans la cascade donnent à cet endroit isolé une atmosphère mystérieuse et angoissante qui tranche avec le calme et la tranquillité des prairies en amont.
Or c'est dans ces prés que jadis une jeune bergère gardait ses moutons avec a la main sa houlette ornée d'une petite croix. Prés du chemin qui menait à l'église, elle voyait souvent passer de belles dames qui venaient des châteaux de Beaufranchet de Montpeloux ou même de la Roue pour assister a la messe, car l'église de la Chaulme était célèbre et son curé renommé pour ses sermons. Elle admirait leurs belles robes lorsqu'elles descendaient de carrosse , et elle se prenait parfois à rêver qu'un jour elle aussi , peut-être rencontrerait le prince charmant et aurait des parures identiques.
Or un jour un monsieur paru devant elle sans qu'elle l'ait vu arriver et s'enquît de ses désirs. Bien qu'un peu effrayée par cette apparition soudaine, son apparence aimable la mi vite en confiance et elle lui répondît qu'elle aimerait bien porter de beaux habits comme les dames de Beaufranchet , mais savait bien que ce n'était guère possible vu sa condition. Le jeune homme lui sourit et lui assura qu'au contraire, cela était fort possible, il suffisait pour cela qu'elle se trouve ici même en haut de la cascade, à noël, pendant la messe de minuit, au moment de l'élévation , de jeter sa houlette à terre et de piétiner la croix. Elle aurait alors à sa disposition tout l'or et les bijoux qu'elle pourrait prendre, mais seulement pendant le temps de l'élévation. Sur ces mots, il disparut comme il était venu, laissant la pauvre fille tout interdite. Elle rentra au moulin du plus vite qu'elle pu et raconta tout a ses parents. Malheureuse lui dirent ils ! pendant la messe de minuit ! tu n'y penses pas, il n'y a pas un seul chrétien dans toute la région qui oserait manquer cette messe.
Lorsque la veillée de Noël arriva, ses parents l'invitèrent à venir avec eux à la messe, elle refusa disant que personne ne lui ferait manquer le rendez-vous que le Monsieur lui avait donné. Devant son entêtement, ses parents l'enfermèrent à clef dans sa chambre. Mais le moment venu elle s'échappa par la fenêtre. Comme convenu , le monsieur était là, juste au sommet de la cascade sur la grande pierre plate. Au moment de l'élévation, elle jeta sa houlette sur la pierre et piétina la croix, alors la roche s'ouvrit et un monceau d'or et de bijoux apparu devant ses yeux émerveillés . Puisqu'elle n'avait qu'à se servir, elle releva le bas de sa robe qu'elle utilisa comme panier et se mit à ramasser diamants, rubis, pièces d'or et d'argent, elle en voulait plus, toujours un peu plus, cependant la haut a l'église l'élévation pris fin. À cet instant, la terre se mit à trembler, le sol se fissura et la réserve d'eau du moulin envahie la fosse noyant tout, culbutant la malheureuse et son trésor et l'entraînant dans la cascade. Lorsque le flot arriva au pied de la chute, un 'gour' se format et se rempli d'eau, la jeune bergère fut entraînée vers les abîmes de l'enfer avec sa robe pleine d'or et de bijoux ou elle disparue pour l'éternité. Nul ne devait jamais la revoir...

 

Visite(s) conseillée(s) à ou près de la ville de La Chaulme


• Rives de l'Andrable
• Bois du Roi
• Genoux du bœuf à Ferréol (légende)
• Cascade et gouffre du Creux de l'Oulette

Située en périphérie sud-est du département, sur la commune de La Chaulme, elle nécessite d'emprunter un chemin de randonnée pour la découvrir (balisage jaune). Ce circuit de 12 kilomètres démarre à Saillant (RD 256). Il permet, en un peu moins de quatre heures de marche, d'évoluer entre les altitudes de 864 et de 1.150 mètres. Un vrai régal. Pour la santé, le regard et les amateurs de légendes. À cheval entre les communes de Saillant et de La Chaulme, l'Oulette se jette dans l'Ance un peu plus à l'ouest. Alimenté par quelques tributaires qui se faufilent dans les tourbières du plateau, ce ruisseau prend sa source à plus de mille mètres.

Plus en aval, la cascade apparaît sous forme d'un décrochage qui s'étale sur 150 mètres. Ricochant ou ravinant de talus en rocher, elle accuse une hauteur de 30 mètres pour sa chute principale. Cet agréable parcours pédestre permet de longer l'Ance (du nord), une très belle rivière où se côtoient truites fario et ombres communs qui font le bonheur des pêcheurs à la mouche. Il arrive également à hauteur du volcan de Montpeloux, aménagé en amphithéâtre culturel. Des ruines d'un petit château sont aussi visibles à Bostfranchet. De sous-bois en clairières, cet itinéraire alterne bois et espaces dégagés. Malgré une propriété privée inaccessible au Moulin de Pirolles, la somme de découvertes au cours de cette balade donne une excellente image de cette zone du haut Forez.■

           24.10.2017

 

___

Pour votre séjour dans la région, Auvergne Centre France vous guide dans le choix de votre hébergement...